France
27

18200
points earned by our 285 teams

Défi 5: Exp-EAU-sition
Posted by COLLEGE HENRI WALLON (ATELIER JARDIN), France on 29 March 2019
Ali, Samy, Enzo et Florin cherchent les réponses du questionnaire dans les panneaux d
Ali, Samy, Enzo et Florin cherchent les réponses du questionnaire dans les panneaux d

Aujourd’hui, lundi 18 mars 2019, Weiss, une personne qui travaille pour l’association « Les petits débrouillards », nous a fait une animation. Il nous a montré comment mesurer la pureté de l’eau. Il nous a montré une eau toxique et une eau potable, il a mis du vinaigre dans l’eau toxique, elle est devenue bleue, contrairement à l’eau potable qui n’a pas changé de couleur.

Nous avons observé et senti plusieurs eaux : l’eau de mer, l’eau de bassin (boueuse), l’eau avec du liquide vaisselle et l’eau croupie. On a compris qu’on peut savoir si une eau est potable ou non en utilisant nos sens : l’odorat et la vue. Il a ensuite utilisé du jus de chou rouge pour mesure le Ph (l’acidité). Dans le jus, il a mis du vinaigre, ce qui l’a rendu rose, cela prouve que le vinaigre est très acide. Il a également mis de la lessive en poudre dans le jus de chou rouge, ce qui l’a rendu vert/jaune, cela prouve que la lessive est très basique. Enfin, il a fait la même expérience avec du bicarbonate, le jus est simplement devenu turquoise, donc le bicarbonate a un Ph neutre. Pour terminer, nous avons soufflé dans le jus de chou rouge et cela l’a fait changer de couleur.

Après cette animation, nous avons vu l’exposition « Val d’Oise EAUX », qui vient du conseil général du Val d’Oise. Nous avons appris que l’eau douce, c’est à dire non salée, est présente en quantité beaucoup plus faible que l’eau de mer sur la planète. Il est possible de dessaler l’eau de mer, mais cela coûte cher. Nous avons aussi vu que l’eau croupie peut transmettre le choléra, qui est une maladie très grave. Pour être sûr que l’eau est propre quand elle arrive chez nous, elle passe par une usine de traitement et ensuite les eaux usées sont nettoyées dans des stations d’épuration avant d’être rejetée dans les rivières.

Nous avons pu lire qu’un habitant des Etats-Unis consomme environ 600 litres d’eau par jour, contre 112 litres pour un Français et seulement 1 litre pour un habitant du Ghana. En 2050, nous devrions être entre 9 et 10 milliards d’humains, mais aujourd’hui 1 milliard de personnes n’ont pas accès à l’eau potable, il faut donc mieux la répartir. Depuis le 3 janvier 1992 en France, l’eau est considérée comme un patrimoine commun. Il y a un cycle naturel de l’eau, elle s’évapore puis forme des nuages dans le ciel avant de retomber sous forme de gouttelettes. Dans le Val d’Oise, nous avons un bon accès à l’eau douce car il y a 3 grands fleuves qui coulent : la Seine, l’Oise et l’Epte. Pour l’économiser, chez nous on peut prendre des douches à la place des bains ou encore fermer le robinet quand on se brosse les dents. Il faut aussi éviter de jeter des produits toxiques dans l’eau. En effet, dans les milieux humides il y a une grande biodiversité qu’il faut préserver, on peut trouver des roselières sur les bords des fleuves et des lacs et des poissons appelés brochets.

Après avoir appris toutes ces choses et vu toutes ces expériences, nous sommes partis observer un cours d’eau à Sarcelles, le petit Rosne.




Local Partner Teragir

Water Explorer is supported by the
HSBC Water Programme
and is a Global Action Plan initiative
in association with
8.75 MB